Les enjeux des élections européennes

  • P1030202

J’irai voter le 26 mai et je vous invite à faire de même, car votre vote influencera notre avenir puisque le Parlement européen aura son mot à dire sur la manière dont l’Europe défendra son modèle sociétal et fera face aux nouveaux enjeux mondiaux.

La défense de notre modèle sociétal

Que nous a apporté la construction européenne depuis sa création en 1951 ?

Tout d’abord, la paix qui dure depuis presque 70 ans après une deuxième guerre mondiale qui a été le conflit le plus meurtrier de l’histoire de l’humanité avec plus de 60 millions de morts.

Ensuite, c’est un ensemble de valeurs et de règles que 28 pays et environ 500 millions de personnes se sont engagés à respecter, ce qui fait de l’Union européenne une zone géographique unique au monde : en effet, elle « est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi quede respect des droits de l’homme, y compris des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes » (1).

Qui dit mieux, certainement pas la Chine qui, selon le rapport du Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale publié en août 2018, a placé un million de Kazakhs et de Ouïgours de religion musulmane dans des camps du Xinjiang, ou la Russie, pays d’essence antidémocratique, qui n’a pas hésité à rattacher la République de Crimée et la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie, au mépris des règles du droit international.

Certains penseront peut-être que des valeurs comme les droits de l’homme ou la démocratie sont de beaux principes, mais encore faudrait-il  qu’ils se traduisent par des actes. Je leur répondrai en citant une des actions engagée par le Parlement européen en septembre 2018 à propos du non-respect de l’État de droit en Hongrie : le Parlement a  appelé l’Union européenne à agir en faisant une proposition adoptée par 448 voix pour (197 contre). Il estime qu’il existe un risque grave de violation des valeurs fondatrices de l’UE en Hongrie, que les principales préoccupations sont : indépendance de la justice, liberté d’expression, corruption, droit des minorités et situation des migrants et des réfugiés. Selon le rapporteur, Mme Judith Sargentini, « C’est désormais aux dirigeants européens de prendre leurs responsabilités et d’arrêter de regarder en spectateurs l’État de droit se faire détruire en Hongrie. C’est inacceptable pour une Union fondée sur la démocratie, l’État de droit et les droits fondamentaux ».

Comme vous pouvez le constater, le Parlement européen est une organisation utile et vivante qui peut dans le futur avoir encore plus de pouvoir et d’initiative.

Les initiatives à prendre face aux nouveaux enjeux

 L’Union européenne (UE) est aussi notre avenir, car nous sommes entrés dans un monde où la France, avec ses 66 millions d’habitants (soit 1% de la population mondiale) et son PIB de 2 775 milliards de dollars (soit 3,3% du PIB mondial) n’est qu’un poids mouche face aux États-Unis et à la Chine qui boxent dans la catégorie des poids lourds. L’UE, elle, fait partie du club des poids lourds avec un PIB très supérieur à celui de la Chine (22 % par rapport à 16 %) et une population de 512 millions d’habitants contre 327 pour les États-Unis. Grâce à sa taille, l’UE est en capacité de jouer un rôle majeur face aux nouveaux enjeux mondiaux parmi lesquels je vais en choisir quelques-uns parmi les plus importants.

Les négociations commerciales : la doctrine de l’UE et les réponses à donner aux agressions de Donald Trump

L’UE est la première puissance commerciale du monde et elle dispose d’un décideur unique, la Commission européenne. Cela a permis de définir une politique originale « d’ouverture commerciale avec des règles, en vue d’encadrer la mondialisation » selon Pascal Lamy.  La doctrine inspirant cette politique est unique au monde dans la mesure où elle se situe dans un cadre multilatéral, mais vise également des objectifs de soutien aux pays en voie de développement (PVD) et demande que les valeurs de l’UE comme les droits de l’homme, l’environnement, la protection des consommateurs, la sécurité soient pris en compte dans les accords commerciaux. Cette doctrine est à l’opposé de celle de Donald Trump où le bilatéral remplace le multilatéral, l’aide aux PVD n’est pas une préoccupation importante, et les valeurs sont mises au panier. Aujourd’hui, les négociations commerciales sont dans une phase de tensions extrêmes produites par Donald Trump qui taxe les importations en provenance de la Chine et menace l’Europe pour l’automobile. Heureusement, dans ce domaine, l’UE a une doctrine et des moyens de rétorsion, ce que ne pourrait pas faire la France si elle était seule.

La lutte contre le réchauffement climatique, les pollutions et la chute de la biodiversité

Sur ces sujets essentiels, l’UE est l’institution la mieux placée pour exercer un véritable leadership au niveau mondial, le seul compétiteur crédible dans ce domaine aurait été les États-Unis, sauf qu’ils ont changé de camp avec Donald Trump. Dans la foulée de la COP 21 et de l’accord de Paris, l’UE a montré qu’elle avait un savoir-faire irremplaçable pour conduire des négociations en matière environnementale. Ce savoir-faire pour traiter des sujets sociétaux comme l’environnement, le développement des pays du sud, la lutte contre la pauvreté, le secours aux victimes des catastrophes naturelles ou d’origine humaine est reconnu par la communauté mondiale comme faisant partie de l’ADN européen.

Les technologies, la recherche et l’innovation : les grands programmes européens

                                                                                                                                                                                                             L’UE a toujours eu depuis sa fondation un volet « programmes » à côté de la dimension « grand marché ». Pour faire face à la concurrence chinoise ou américaine dans les nouvelles technologies, l’UE dispose de plusieurs outils qu’elle peut utiliser si besoin est. Le premier consiste à lancer de nouveaux programmes, comme dans le passé, Erasmus, le CERN, Galileo, le spatial ou Airbus. Le projet récent de créer une filière européenne dans les batteries pour des véhicules électriques est un exemple de ce qu’il faut faire pour s’opposer à la Chine aujourd’hui en position dominante dans ce secteur alors que le coût des batteries représentera probablement dans le futur la moitié du prix d’une voiture. L’enjeu est colossal ! La Commission européenne pourra également s’opposer au rachat d’entreprises européennes détenant des savoirs technologiques pointus dans des secteurs stratégiques et ainsi empêcher la prise de contrôle par les Chinois de ces pépites technologiques.

La régulation des GAFAM

Les géants du Web, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ont des ressources financières considérables, leur capitalisation boursière étant équivalente au PIB de l’Allemagne. Ils disposent de milliards de données sur nos personnes qui peuvent être utilisées pour nous nuire. Enfin, ils ne payent que des impôts ridiculement bas, grâce à « l’optimisation fiscale ». Qui d’autre que la Commission européenne peut condamner Google (comme elle l’a fait en juillet 2018) à payer 4,34 milliards d’euros pour l’usage abusif du système d’exploitation Android ?

Alors, l’Europe, ne sert-elle à rien ou est-elle indispensable ?  A vous de choisir dimanche prochain.

  • Cf Article 2 du Titre I – Dispositions communes du Traité sur l’Union européenne

Pourquoi est-il si important de voter le 26 mai aux élections européennes ?

Les Français ne se sont jamais précipités pour aller voter aux élections européennes, en 2014, par exemple, le taux de participation était seulement de 42,6 %. La raison principale de ce relatif désintérêt tient au fait que le Parlement européen et son travail législatif sont encore invisibles. Autant le citoyen peut donner le nom du député de sa circonscription, autant il est généralement incapable de citer celui qui le représente au Parlement européen – et dire de quoi il s’occupe – souvent perçu comme lointain, traitant de sujets éloignés des préoccupations des Français.

Lire la suite « Pourquoi est-il si important de voter le 26 mai aux élections européennes ? »